20 juillet 2009

Chaud tango !


Je le redis encore, quelle saison ! En essayant de ne pas trop être distraite par la fumée, les débris, et les… tisons (!), j’ai pu être témoin, encore une fois samedi dernier, d’un grand spectacle pyrotechnique. Dès le départ, 3 minutes totalement démentes, qui m'ont fait me questionner sur l’ampleur de la suite. Mais, une défaillance technique aura raison du tableau suivant, puisqu’à 2 reprises, ce sera la noirceur totale pendant plusieurs dizaines de secondes. Petite tache au bulletin...

Divertissant !
Ce sont des artifices de très haute qualité qui ont explosé samedi soir. Certains d’une luminosité étonnamment longue - sans faire allusion aux tisons, on s’entend... Gaston Gallo a vraiment fait le travail qu’il avait annoncé : ‘Les meilleurs produits d’un peu partout dans le monde’. Si certaines de ces merveilles sont revenues de façon un peu plus répétitive, le spectacle fût néanmoins composé de plusieurs éléments de surprise. Différents jeux de gerbes dansant le tango devant le public, des lampions sur le lac, des pièces à double ascension s’éteignant tout en tournoyant (au-dessus de nos têtes par contre !), même une chanteuse sur l’eau ! Une décision qui aura par contre forcé la firme à restreindre l’utilisation du lac. La synchronisation a fait grandement plaisir, ainsi que l’agencement ‘effet pyrotechnique – sonorité musicale’. Ce qui est très différent. Oui, une grande conception, bien que trouée à quelques reprises. Autre petite tache…

Gagnera, gagnera pas ?
Je me suis réellement dandinée sur ce tango. Mais je me suis un peu essoufflée aussi, puisqu’à un certain point, j’ai senti la musique s’étirer, traînant ce 'rythme de fond' répétitif avec elle. J’avoue par contre, ne pas être une spécialiste de cette musique latine, et n’ai peut-être pas saisi toutes les subtilités de la mélodie. J’aimerais espérer un podium pour l’Argentine, mais cette année particulièrement, les petites taches au bulletin peuvent valoir des points très précieux…

2 commentaires:

  1. Parlant des tisons, j'ai trouvé que tu n'aurais pas pu si bien dire dans ta chronique "Aux feux" : on a effectivement "dansé assis", mais pour les éviter, pas pour suivre la musique !

    RépondreSupprimer
  2. Eh oui... Un des risques du métier ! :)

    RépondreSupprimer